MES LECTURES #1

1.6.13
Dans ma grande folie "je veux acheter des livres, je veux lire des livres à m'en tuer le cerveau" j'ai donc craqué, et en suivant l'une de mes seules résolutions de l'année je me suis donc remise à la lecture - et ça fait un bien fou. Voici le début d'une toute nouvelle catégorie, j'ai donc choisi les trois derniers livres que j'ai lu et qui m'ont plus ou moins marqué.

Bleu presque transparent - Ryû Murakami 

Mon avis.
J'ai acheté ce livre après en avoir vu l'avis (il y a de cela plus que trois, quatre ans) sur le blog d'une copine, une grande fan de Murakami. J'ai donc craqué. A me lire, on pourrait penser que le livre m'a enthousiasmé à un point inimaginable, et pourtant ... La vérité est toute autre. Premièrement, ce livre n'a ni queue ni tête. Pas d'histoire, de but, d'heures, de dates: nada. Seuls le jour et la nuit existent. Un narrateur, Ryû, drogué, désillusionné pas autant que ses potes Okinawa, Reiko, Kei et les autres, qui semblent tous vivre dans un autre monde. Deuxièmement, la lecture de ce livre a été des plus désagréable. Ayant eu l'occasion de lire Love & Pop du même auteur racontant la prostitution de lycéennes désirant gagner de l'argent pour s'acheter des vêtements de marques, malheureusement pour moi on ne se fait pas au style de l'auteur. Et j'en ai fais les frais avec "Bleu presque transparent". Si Murakami a le don de traiter des sujets très intéressants tels que la violence, le sexe, la drogue et autres sujets tabous, autant son style est très déroutant et parfois très trash et glauque. Toute cette omniprésence de violence, de sexe présentée comme parfaitement normale dans ce roman, au début ça vous choque, vous refusez de continuer plus loin et puis vous tombez dans le vortex - ça ne vous choque même plus. Même si j'ai plus d'une fois froncé les sourcils, fermé les yeux, me suis retenue de ne pas balancer le livre à travers la fenêtre du train, j'ai tenu bon et je l'ai terminé. Au fond, tout n'est que tristesse et mélancolie.

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates - Mary Ann Shaffer


Résumé.
"Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Juliet Ashton, jeune écrivain célèbre pour des chroniques au nom d'Izzy Bickerstaff, reçoit une lettre de Dawney, un habitant de Guernesey. A partir de cet instant, elle découvre progressivement la vie de cette île, des amis de Dawney et l'existence d'un cercle littéraire particulier et né de manière improvisée durant la guerre : « cercle des amateurs de littérature et de tourtes aux épluchures de patates»"

Mon avis.

Contrairement à l'avis général j'ai trouvé ce livre extraordinaire - et ça n'est pas que mon côté passion épistolaire qui parle - et il mérite amplement d'être lu. J'adore les romans épistolaire (même si j'ai en cours Les Liaisons Dangereuses, qui n'attendent que moi sous un tas de poussières, un marque page pas si loin du début d'ailleurs, qui me donnent du mal à continuer le livre.). Quoi qu'il en soit, ça faisait un petit moment que je tournais autour de ce livre au titre incongrue et le voici dans ma bibliothèque. J'ai tout bonnement adoré ce livre, c'est en l'espace de quelques jours que j'ai finis les 400 et quelques pages - impossible pour moi de m'arrêter, je voulais à tout prix tourner les pages à toute vitesse pour en connaître la suite. Les personnages du roman sont particulièrement attachants chacun à leur manière et j’ai eu, tout comme Juliet, envie de faire connaissance avec chacun des membres du cercle littéraire. Ils sont si authentiques. Si vous voulez passez du bon temps, lire une histoire pleine d'humanité, d'amitié et de solidarité, je ne peux que vous conseiller ce livre.

Lorsque j'étais une oeuvre d'art - Eric-Emmanuel Schmitt



Résumé.
"Un jeune homme, au-dessus de la falaise de Palomba Sol, est en train de manquer son énième suicide. S'il le rate cette fois, c'est à cause d'un intrus qui l'invite à le suivre, Zeus-Peter Lama. Ne pas connaître Zeus-Peter Lama, c'est avoir "de l'avoine à la place du cerveau !" Il est l'artiste mondialement connu qui fait fureur dans le monde des arts et qui sait faire le bruit qu'il faut pour que la fureur s'en suive. Il emmène notre faux suicidé à l’Ombilic, sa demeure, et lui propose un pacte méphistophélique : lui faire don de sa personne afin que Zeus le transforme en œuvre d'art vivante. Le don concerne le corps du jeune homme car, pour ce qui est de l'âme, on en est plus au temps de Faust ! A coups de scalpel il le métamorphosera en beau monstre, sexuellement performant, qui fera se pâmer les oies blanches des expositions mondaines. Rebaptisé Adam bis, le garçon connaît la célébrité, vaut de l'or et pense avoir tout gagné jusqu'à ce qu'il découvre qu'il a perdu sa liberté…"

Mon avis.
J'ai tout bonnement adoré ce livre. Je ne regrette pas d'avoir saoulé ma copine de fac pour qu'elle me fasse découvrir de nouveaux livres, ah ça non! Lorsque j'étais une oeuvre d'art est sans aucun doute un de mes livres préférés! Ce calvaire que vit le narrateur, Tazio, qui perd toute son humanité en devenant l'objet, l'oeuvre d'art d'une tierce personne par dépis, dans le désespoir de ne pas trouver mieux dans sa vie. Malléable, transformable, il n'est plus qu'un corps sans âme entre les mains d'un esprit diabolique dont le génie tient avant tout à son manque de scrupule. On souffre avec le narrateur, on espère, on se bat et on pleure avec lui. Ce qui semble être un simple roman, ne cesse de nous poser des questions existentielles limite philosophiques tout au long du récit. On apprend et on regarde d'un tout autre œil l'humanité toute entière.

4 commentaires:

  1. Super idée que ce post Leslie ! (et que cette chanson aussi, j'aime Gabrielle Aplin c'est comme ça !) Ravie aussi que Madaaaaame la rédactrice ait du temps à consacrer à son blog (et donc à nous :D) ! Je lirais bien le dernier personnellement, ta critique me donne vraiment bien envie de le découvrir ! En ce qui me concerne je viens de terminer "Garde tes larmes pour plus tard" d'Alix de Saint-André sur François Giroud qui m'a énormément plus, et je m'apprête à entamer l'autobiographie posthume de Françoise Giroud du coup ! Mais je vais d'abord entamer tout doucement le dernier Edwy Plenel, "Le Droit de savoir", qui incarne, je le pense, le journalisme que j'aime.

    RépondreSupprimer
  2. Cette rubrique est vraiment très très intéressante ! Je n'ai jamais lu de livre de Murakami, mais j'aimerais m'y essayer, j'aime beaucoup l'art japonais dans son ensemble.

    Je suis très fan de tout ce qui est roman épistolaire aussi haha et malgré le nom un peu incongru du deuxième livre présenté il m'a toujours intrigué !

    Par contre j'ai un peu en aversion sans me l'expliquer Schmitt du coup son livre ne passera pas par moi ! J'ai hâte de voir la suite que tu vas nous présenter <3

    RépondreSupprimer
  3. Pour ce qui est des romans épistolaires j'avais bien aimé le Cercle littéraire (bla bla bla^^). J'apprécie bcp ce genre de romans moi aussi.
    Je te conseille vivement de te "remettre" aux Liaisons Dangereuses (puisque d'après ce que je lis, tu avais déjà plus ou moins commencé :). Le début est peut-être un peu lourd mais ça vait vraiment le coup, c'est vraiment un de mes livres préférés! C'est bien écrit, avec beaucoup de style, c'est intelligent et les personnages principaux sont très...marquants.

    RépondreSupprimer
  4. Ton commentaire me fait plaisir ! Et merci à toi aussi pour tous ces like sur mon Instagram héhé :) Ton blog me plaît aussi, je compte bien suivre tes prochains articles !

    RépondreSupprimer

newer older Accueil